Mouscron: une demi-douzaine d’animaux saisis dans l’urgence

img-news-gauche14 janvier 2013

 

Animaux en Péril est contactée par les autorités le vendredi 11 janvier 2013 afin de prendre en charge une demi-douzaine d’animaux gravement négligés à Mouscron.

 

Environnement malsain, ni eau ni nourriture

 

Quelques heures plus tard, accompagnés des services de police et des inspecteurs vétérinaires du SPF Santé publique, les délégués de notre association se rendent sur les lieux. Ils y découvrent trois moutons et deux chèvres tentant de survivre, prisonniers d’une prairie boueuse, sans eau ni aucune source de nourriture.

 

Cachexie, parasites, gale, piétin...

 

Les moutons sont visiblement cachectiques (maigreur extrême entrainant une fonte musculaire), et rongés par la vermine. Leur toison se détache de leur dos en épais lambeaux, révélant les symptômes d’une gale non traitée. De plus, ils souffrent du piétin, une maladie infectieuse très contagieuse provoquée entre autres par un environnement insalubre et un manque de soins: le décollement complet des sabots entraîne des douleurs et saignements importants.

 

Au fond d’un abri de fortune, l’équipe d’Animaux en Péril découvre le cadavre du quatrième mouton, qui a succombé aux mauvais traitements. En outre, une seconde dépouille aurait été aperçue en prairie quelques jours à peine avant l’intervention.

 

Faibles et blessés

 

Les animaux, en souffrance et épuisés, ont dû être portés jusqu’au van par nos délégués. Dès leur arrivée au refuge de Meslin-l’Évêque, ils ont été placés en quarantaine afin de suivre un traitement contre la gale et le piétin - deux maladies contagieuses - en toute sécurité. Leurs jours ne sont désormais plus en danger.

 

Des marchandises destinées à l’Aïd

 

Selon les premiers éléments de l’enquête menée par les autorités, le propriétaire des animaux serait un récidiviste, marchand de moutons destinés au sacrifice annuel de l’Aïd. Les «invendus», ne représentant plus aucun intérêt commercial, sont littéralement laissés à l’abandon jusqu’à leur mort.

 

Animaux en Péril salue le travail efficace réalisé conjointement par la police, les inspecteurs vétérinaires du SPF Santé publique et l’AFSCA; une collaboration qui a permis le sauvetage d’animaux victimes de la misère la plus totale.

saisie
saisie
saisie
saisie
saisie
saisie
saisie
saisie