Basècles: deux ânes gravement maltraités, un seul pourra être sauvé

img-news-gauche15 janvier 2013

 

Le vendredi 11 janvier 2013, pour la seconde fois en une journée, notre association est sollicitée par les autorités afin de recueillir en urgence des animaux victimes de mauvais traitements.

 

Une prairie boueuse et insalubre

 

Vers 15 h, l’équipe d’Animaux en Péril, le service Inspection vétérinaire du SPF Santé publique et la police se rendent à Basècles. Deux ânes, un mâle et une femelle, y sont livrés à eux-mêmes, pataugeant dans la boue d’une prairie démunie d’eau ou de nourriture. Le terrain est en outre jonché de débris métalliques dangereux tels que des morceaux de tôle et des fils de fer barbelés.

 

L’ânesse n’a pas survécu à son calvaire

 

La petite ânesse agonise à même le sol. Elle se trouve dans un état critique, au-delà de tout espoir de guérison. Dans ces circonstances, il n’est pas envisageable de la déplacer. D’un commun accord avec nos délégués, le vétérinaire du SPF prend la décision qui malheureusement s’impose: il abrège les souffrances de l’ânesse en l’euthanasiant sur place. L’âne est pourtant un animal de nature robuste, on ne peut dès lors qu’imaginer les souffrances et les privations endurées pour arriver à un tel état de faiblesse.

 

Sous-alimenté, non soigné

 

Le second âne, un mâle non castré d’environ huit ans, présente un profil extrêmement maigre. Ses pieds sont fendus et beaucoup trop longs, rendant tout déplacement difficile et douloureux. Il est donc emmené avec précaution au refuge pour chevaux et animaux de ferme de Meslin-l’Évêque afin d’y être logé, nourri et soigné en quarantaine.

 

Un propriétaire incapable de s’occuper de ses animaux

 

Le propriétaire des deux ânes, souffrant de graves problèmes psychologiques, a été admis à l’hôpital psychiatrique peu de temps avant l’intervention. Extrêmement agressif, il refusait de s’occuper de ses animaux et empêchait quiconque de s’en approcher, allant jusqu’à tirer à la carabine dans la prairie. De nombreuses cartouches vides ont d’ailleurs été repérées sur place, au milieu des autres déchets.

 

Le dossier complet se trouve actuellement entre les mains du SPF Santé Publique et Animaux en Péril attend l’annonce de la saisie définitive avant de pouvoir proposer l’âne à l’adoption ou en parrainage.

saisie
saisie
saisie
saisie
saisie
saisie
saisie
saisie
saisie
saisie
saisie
saisie