Un cheval squelettique saisi à Remicourt

4 février 2015

 

Ce mercredi 4 février, Animaux en Péril est intervenue à Remicourt, près de Waremme à la demande du Parquet de Liège afin d’y saisir un cheval extrêmement maigre chez un multi-récidiviste.

 

img-news-gauche

Conditions de vie inacceptables

 

Arrivée sur place, l’équipe d’Animaux en Péril découvre un cheval squelettique dans un champ de boue à peine clôturé et rempli de détritus en tous genres. Les os de sa croupe et de ses hanches sont saillants, et chaque vertèbre de sa colonne vertébrale pointe sous son poil crasseux. Il n’a plus aucun muscle, et son encolure porte péniblement sa tête.

Pour tout licol, il porte une vieille corde à ballots effilochée autour du cou, sur laquelle il devait régulièrement marcher en cherchant de la nourriture sur le sol.

 

Avec l’aide de la police, la clôture est ouverte et la jument extirpée du terrain boueux. Elle est alors emmenée vers le van d’Animaux en Péril dans lequel elle monte sans rechigner, flairant sans doute son salut.

 

Une revalidation qui s’annonce délicate

 

À son arrivée à Meslin l’Evêque, la petite trotteuse montre des signes d’occlusion oesophagienne : elle a englouti trop goulument les petites poignées de grains offertes par notre équipe, sans les mâcher, tant la faim la tiraillait. Heureusement, elle recrachera une bonne partie du bouchon qui s’était formé, et le vétérinaire d’Animaux en Péril interviendra rapidement.

 

Re-nourrir des équidés qui ont eu faim n’est pas chose facile, leur système digestif étant extrêmement fragile. Privé d’activité normale depuis longtemps, son métabolisme devra réapprendre à traiter correctement la nourriture, tout cela en commençant par de très petites doses d’aliments riches, puis en réintroduisant foin et paille.

 

La petite jument, hébergée dans l’aile de quarantaine du refuge de Meslin L’Evêque, fera l’objet d’une attention intense durant les prochaines semaines et nous croisons les doigts pour que son corps se remette de cette période de grave négligence.

 

Poursuites devant les tribunaux

 

Le propriétaire, un multi-récidiviste âgé de presque 90 ans, et connu tant des services de police, de l’inspection vétérinaire que des sociétés de protection animale liégeoises (Animal Sans Toi…t et SRPA de Liège), avait déjà fait l’objet de saisies par le passé. Depuis toujours passé entre les mailles du filet de la justice, il n’était pas interdit de détention d’animaux.

 

Animaux en Péril poursuivra bien entendu le propriétaire devant les tribunaux, comme elle le fait pour chaque cas de saisie d’animaux. En espérant que, cette fois, il écopera d’une interdiction définitive de détenir des animaux, mesure que seul peut prononcer un juge du tribunal correctionnel (art. 40 de la loi du 14 août 1986).

 

Saisie d'un cheval squlettique à Remicourt
Saisie d'un cheval squlettique à Remicourt
Saisie d'un cheval squlettique à Remicourt
Saisie d'un cheval squlettique à Remicourt
Saisie d'un cheval squlettique à Remicourt
Saisie d'un cheval squlettique à Remicourt
Saisie d'un cheval squlettique à Remicourt
Saisie d'un cheval squlettique à Remicourt
Saisie d'un cheval squlettique à Remicourt
Saisie d'un cheval squlettique à Remicourt

La presse en parle