Dour: saisie d’une dizaine d’animaux laissés sans soins

img-news-gauche12 novembre 2012

 

Le mardi 6 novembre 2012, Animaux en Péril est contactée par la police de Dour afin de prendre en charge trois chats, trois chiens et deux équidés gravement négligés. La propriétaire, décédée depuis plusieurs mois, avait confié la garde de ses animaux à son compagnon, qui n’a manifestement pas tenu son engagement.

 

Le jour même à 14 h, notre équipe se rend à Dour, accompagnée des services de police. Elle y découvre une maison crasseuse, qui n’est plus entretenue depuis longtemps. La cour extérieure s’est transformée en un véritable dépotoir, envahie de vieux meubles, outils, déchets, sacs en plastique et excréments.

 

Trois chiens de petite taille viennent accueillir les délégués de l’association. Affectueux, ils ont pourtant été laissés sans nourriture, sans soins ni attention. Tous sont maigres ; leurs poils sales et emmêlés.

 

Dans leur box, deux équidés — un cheval et un poney — vivent sur une couche épaisse de crottins et d’urine, sans eau ni nourriture. Ils peuvent accéder à un petit jardin, mais là encore leurs sabots s’enfoncent dans la boue et les détritus.

 

Le poney Shetland est atteint d’une gale d’été qui n’a pas été traitée et continue à s’aggraver. Le cheval souffre visiblement du syndrome de Wobbler, provoquant des troubles de l’équilibre et une mauvaise coordination des membres. Sa démarche et son maintien, déjà difficiles, sont rendus plus périlleux encore par un état d’amaigrissement sévère, occasionnant un début de fonte musculaire. Nos délégués ont ainsi dû user de tout leur savoir-faire et leur patience afin d’embarquer le cheval dans l’espace restreint du van.

 

Enfin, trois chats d’un âge avancé, complètement affamés, ont été retrouvés à l’intérieur de l’habitation à laquelle ils avaient accès par une chatière. L’un d’entre eux présente un profil particulièrement maigre.

 

Suite à plusieurs plaintes déposées par des riverains, les services de police et le Parquet ont travaillé de manière extrêmement efficace afin de saisir au plus vite les animaux négligés. Sur les lieux, une équipe de six policiers était présente. En effet, plusieurs mesures de sécurité ont été mises en place, vu la mauvaise réputation du compagnon de la propriétaire auprès des forces de l’ordre.

 

À l’heure actuelle, les deux équidés sont soignés et hébergés temporairement chez le vétérinaire, faute de place disponible au sein de notre refuge. En effet, le home de Meslin-l’Évêque fait face à une surpopulation de ses pensionnaires, due notamment aux nombreuses saisies d’animaux réalisées ces derniers mois.

 

Les médias en parlent:

 

Presse:

 

saisie
saisie
saisie
saisie
saisie
saisie