Genval: 67 animaux saisis dans un état de négligence grave

News8 mars 2012

 

Une première intervention pour deux Dogues faméliques

 

Samedi 3 mars 2012: Animaux en Péril est contactée par la police de Rixensart afin de prendre en charge deux Dogues allemands, un mâle et une femelle, sur la commune de Genval. Sur les lieux, notre équipe découvre que, dans une petite maison de rangée sur la place communale, une dame d’environ 45 ans et sa mère ont entassé plus d’une cinquantaine d’animaux dans des conditions épouvantables, mais la saisie des autres «détenus» n’est pas encore à l’ordre du jour.

 

De retour au refuge, l’examen vétérinaire dévoile un état de négligence grave, bafouant allègrement l’article 4 de la loi de 1986 sur le bien-être animal. En effet, les besoins physiologiques et éthologiques des deux Dogues étaient complètement ignorés : les animaux souffrent de cachexie extrême et présentent un comportement très angoissé. La femelle a également développé une conjonctivite chronique purulente, aggravée d’un «cherry eye» à chaque oeil, et son pelage négligé révèle les symptômes d’une dermatose. Devant l’effarement de notre équipe, la propriétaire répondra simplement qu’elle avait mal estimé les besoins journaliers de ses chiens.

 

Retour sur les lieux pour 65 animaux en détresse

 

Le mardi 7 mars, les autorités contactent une nouvelle fois notre association et lui demandent d’accueillir les autres animaux, provenant toujours du domicile de Genval. Durant la matinée, la police de Rixensart et le service inspection vétérinaire du SPF Santé Publique se rendent sur place pour constater l’ampleur de la situation. Ils conviennent d’un commun accord que les conditions dans lesquelles vivent plus de cinquante animaux domestiques et de basse-cour sont inacceptables, et décident d’y mettre un terme sans attendre.

 

Un chat et quatre lapins cloîtrés dans des cages de transport

 

NewsVers midi, Animaux en Péril arrive sur les lieux et réceptionne les animaux à l’entrée de l’habitation. En une journée, les autorités ont saisi quatre lapins, enfermés dans des cages de transport grillagées sans fond ni litière, un chat complètement terrorisé, emprisonné en permanence dans le même type de cage, ainsi que deux tortues à joues jaunes. Une vingtaine de poissons de différentes espèces (voiles de Chine, Combattants, Poissons Rouges, etc.) ont été placés dans des sacs en plastique afin de pouvoir les transporter. Ces sacs étaient remplis d’une eau jaunâtre à peine viable, qui provenait sans aucun doute de leur aquarium, envahi par la crasse.

 

À la cave, une basse-cour entière privée d’espace et de lumière

 

Dans la cave du domicile, que les résidentes avaient compartimentée à l’aide de cloisons de fortune, l’inspection vétérinaire a également découvert deux oies et quatorze poules. La propriétaire, interrogée à ce sujet par Animaux en Péril, ne semblait pas comprendre pourquoi il n’est pas concevable de garder des animaux de basse-cour dans de telles conditions, qui briment leur comportement naturel : ils étaient maintenus à l’intérieur, sans espace, sans contact avec la terre ni lumière naturelle. Enfin, une vingtaine d’oiseaux de toutes sortes (cailles, canaris, perruches, moineaux du Japon, etc.) se trouvaient entassés les uns sur les autres dans des cages trop étroites, jonchées de plusieurs couches d’excréments et de nourriture. En outre, deux petits Padda de Java affichaient une tête déplumée, où la peau était entièrement visible.

 

Animaux en Péril a pris en charge les lapins et animaux de basse-cour, qui ont trouvé refuge à Meslin-l’Evêque, ainsi que le chat et les Dogues, en cours de revalidation à Braine-l’Alleud. Les autres petites victimes ont été confiées à la LRBPO (Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux).

 

Les médias en parlent:

 

TV:

  • TVcom:

 

 

Presse écrite:

 

 

 

 

News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
Partager sur Facebook